Social TV : rencontre entre la télévision et les réseaux sociaux

Depuis plusieurs mois, le social TV est en plein essor en France. Ce phénomène est devenu incontournable depuis septembre 2013, et semble être exponentiel. En effet, le nombre de tweet comptabilisé entre septembre et mars 2013 est passé de 1,6 million à 8,2 millions.

Cet engouement est aussi dû aux multiples supports d’accès aux réseaux sociaux, via l’ordinateur – le smartphone – et la tablette, qui permettent un accompagnement « second screen » du programme TV. La télévision l’a bien compris, il est désormais  impossible d’échapper aux social média, que sont Facebook – Twitter – Youtube- ou autres. En effet, le nombre d’abonnés aux comptes Twitter et pages Facebook des chaines TV sont en augmentation. Pour exemple: le Facebook de TF1 passe de 525 000 abonnés à 1 244 000 entre janvier 2012 et janvier 2013 ; et le Twitter de @NRJ12LACHAINE passe de 43 131 followers à 342 766 followers sur la même période. Sur le seul mois de janvier 2013, on comptait plus de 5 millions de tweets générés par les émissions de TV des principales chaines. De plus, le social TV est perçu de manière positive puisque 72% des français jugent innovant ce nouveau dispositif. (Source : étude SNPTV 2013)

Afin de profiter de la puissance de communication des réseaux sociaux, l’approche Social Media des émissions de TV s’inscrit autour d’une stratégie en 3 phases. Et cela dans le but d’animer au maximum les communautés de téléspectateurs. On distingue les périodes suivantes : avant, pendant et après la diffusion du programme.  Et si le programme est en direct, l’interaction sera plus pertinente. Chacun de ces trois moments se distinguent aussi par des objectifs, et des actions différentes.

Phase 1 : Attirer pour augmenter l’audience. C’est la phase de pré-émission, elle sera plus ou moins longue selon le type d’émission. En effet, s’il s’agit d’un hebdomadaire la période de « teasing » peut débuter 3 jours avant la diffusion du programme. Afin de séduire le téléspectateur, il faut publier des posts en lien avec les sujets qui seront abordés, indiquer qui seront les invités, mettre des teaser vidéos, ou encore montrer les coulisses de préparation de l’émission. Toutes ces actions renforcent la proximité avec le téléspectateur. Ce qui va permettre d’avoir un engagement plus important de sa part sur les médias sociaux.

Phase 2 : Rassembler autour du programme les internautes. C’est la phase clef, celle de la diffusion du programme. C’est à ce moment la que les téléspectateurs/internautes prennent la paroles. Il faut les faire réagir, car c’est la phase qui dynamise le plus les réseaux sociaux. Il faut générer un maximum d’engagement. Durant cette phase sur Twitter on parle de live tweet. Grace aux réseaux sociaux le téléspectateur devient un véritable acteur du programme. Quelques émissions diffusent ou citent les tweets les plus pertinents. Alors que d’autres décident de les retweeter.

Phase 3 : Fidéliser et continuer de faire l’émission. C’est la phase de post-émission durant laquelle il faut maintenir l’animation. Ils s’agit de prolonger ce moment d’interaction pour récolter des feedback.

Plus que jamais, le social TV est devenu un enjeux majeur dans l’univers de l’audiovisuel. Ces deux acteurs de la communication ont compris qu’il faut travailler ensemble, car chacun y trouve un intérêt. Désormais on ne parle plus uniquement d’audience classique, mais également d’audience web. Il faut tenir compte de ces deux indicateurs, car il existe une réelle corrélation. Aujourd’hui pour qu’un programme TV soit réussit, il doit aussi savoir animer des communautés online. Cette nouvelle forme de télévision est, selon moi, très actuelle. Alors qu’on considérait que la télévision était un ancêtre d’internet (comme le disent les Guignols), je constate qu’aujourd’hui elle n’a pas encore dit son dernier mot. Cependant je me demande si la télévision ne se fera pas engloutir par cette alliance TV/internet. Alors est-ce que nous nous dirigeons vers des programmes TV esclaves de l’activité des réseaux sociaux ?

Sharon H

Twitter: déjà 7 ans

Il y a quelques jours, le célébre réseau social Twitter célébrait sa septième année. Crée en 2006, ce réseau social s’appelait initialement « twttr » et permettait principalement à ses utilisateurs de raconter leur vie.  Aujourd’hui Twitter offre de nouvelles fonctionnalités.

Quelles sont les étapes clefs dans l’histoire de ce petit réseau devenu grand?
Le premier tweet est celui du co-fondateur Jack Dorsey envoyé le 21 mars 2006. En 2007, c’est l’apparition du retweet, et du désormais célébre hashtag mot-dièse. La dernière innovation est la création de Vine en 2013 ; un service de vidéo très courte.

A l’occasion de cet anniversaire, revenons sur ce qui a vraiment fait son succès. Twitter c’est surtout :

  • Un moyen incontournable de suivre l’actualité. L’information se fait en temps réel par les professionnels comme par les particuliers. Et ceci grâce l’hyper réactivité des twittos. A de multiple reprise le site à jouer un role central dans l’actualité. Notament lors d’évenements tel que le Printemps Arabe ou le Tsunami au Japon. C’est aussi un moyen de se connecter avec les personnes les plus influentes et les plus célèbres du monde. Comme Barack Obama, qui avec son tweet « Four more years » connait le plus grand nombre de retweet. Twitter permet à ceux qui font l’actualité de la mettre en scène au niveau mondial de façon instantanée
  • Une arme politique. Désormais la plupart des acteurs politiques dans le monde ont leur compte Twitter. Et le moindre tweet qui dérape à un effet immédiat sur la scène politique. Comme avec l’affaire du tweet de Valérie Trierweiller qui s’est attaquée implicitement à Ségolène Royal. Suite à d’autres nombreux tweets affectant le milieux politique en France, il a même été envisagé d’interdire aux politiciens de tweeter à l’Assemblée Nationale.
  • Un intérêt commercial. Pour les entreprises avoir son compte Twitter est aujourd’hui devenu chose normale. Il faut être largement présent sur les réseaux sociaux, et surtout savoir gérer sa e-réputation. Twitter offre un nouvel espace de communication aux marques. Celle-ci sont désormais obligées de composer avec pour leurs stratégies webmarketing.

Twitter a publié une vidéo pour fêter ses 7 ans. Celebrating #Twitter7.

En fait, Twitter c’est une communication simple et rapide, le tout de manière très concise ( 140 caractères maximum). Twitter a changé les façons de communiquer, les médias et les entreprises se sont adaptés à cette nouvelle manière de s’adresser aux clients.  Selon les experts, Twitter vaudrait un peu moins de 8 milliards d’euros. Twitter compte 200 millions d’utilisateurs actifs, et 400 millions de tweets en moyenne envoyés chaque jour. Un avenir solide l’attend avec la mise en place d’un service de musique en ligne pour concurrencer Deezer. Et, un accroissement du revenu généré par la publicité en 2013,  déjà estimée à 90% par rapport à 2012. Le site au petit oiseau bleu à encore de beaux jours devant lui.

 

Sharon H.

Quel impact pour l’industrie musicale avec Twitter Music ?

Twitter a hier dévoilé son nouveau service qui s’appelle #Music. Avec Twitter Music, le réseau social passe de plateforme de micro-blogging à écosystème de services, dans une démarche suivie auparavant par plusieurs poids lourds du numérique, de Google à Facebook.

Depuis que MySpace est définitivement mort, il y a la place pour les Facebook, Google et Twitter de créer de nouvelles plateformes musicales.

Twitter Music marche ainsi dans les pas de Google Music et Facebook Music – ce dernier ayant été sacrifié sur l’autel du partenariat avec le quasi-vassal du réseau social, Spotify. Le modèle est ici différent, et tire entièrement partie de la plateforme de micro-blogging de Twitter.

Mais ce qui est d’autant plus intéressant à propos de ce service est du côté des artistes. Twitter est très intéressant pour le suivi et la communication avec le consommateur. On peut ainsi dire que ce service d’écoute permettra aussi bien de découvrir des artistes, de les suivre par la suite mais également de communiquer avec eux.

Une autre section est accessible sans compte : « Emergents ». Il s’agit des nouveaux artistes qui commencent à apparaître et à faire parler d’eux sur le réseau social. Toutes les autres fonctionnalités nécessitent de se connecter via Twitter, puisqu’elles sont basées sur des recommandations liées à son profil.

La partie « Suggérés » offre par exemple des « artistes que vous pourriez aimer ». Elle se base pour l’instant sur les artistes suivis sur Twitter par l’utilisateur et les artistes similaires. Etrange, puisqu’on peut aimer écouter de la musique et ne pas suivre les artistes en question sur le réseau social.

Ce service musical, accessible seulement aux Etats-Unis est vivement attendu en France et il devrait vite décoller !