Google monte en puissance

Tout va bien pour Google. Les résultats du premier trimestre 2013 ont été publiés, et ils sont excellents. Comme l’indique Larry Page, CEO de Google « Nous avons réalisé un très bon démarrage en 2013, avec un chiffre d’affaires de 14 milliards de dollars en hausse de 31% par rapport à l’an passé. Nous travaillons très dur et misons sur des produits dont le but est d’améliorer la vie de milliards d’individus à travers le monde ». Sur ces 13,97 milliards de dollars de chiffre d’affaire réalisé très exactement, 7,1 milliards (55% du total) sont générés en dehors du territoire des Etats-Unis. La part de l’internationale dans l’activité de la firme connait une réelle ascension. Néanmoins même si ces résultats me paraissent impressionnants, ils ne satisfont pas les analystes qui espéraient 14,09 milliards de dollars de chiffre d’affaire pour ce trimestre.

Ces résultats rassurent le marché de la publicité sur internet, avec un volume de clic payé en progression de 20% par rapport à l’année dernière. Petit bémol, le cout par clic moyen a diminué de 4% par rapport à la même période de 2012. De plus, on constate que cette diminution est présente depuis 6 trimestres consécutifs. Cette baisse s’explique en partie par la croissance du mobile et le fait que Google y gagne moins d’argent que sur les ordinateurs. Mais ceci pourrait changer avec les campagnes universelles lancées par AdWords en février 2013.

Du côté des ventes de Google, elles augmentent de 22 % à 12,9 milliards de dollars. En revanche, celles de la division Motorola Mobile (racheté en 2011 par Google) s’effondrent de 32 %. En pleine restructuration, la branche Motorola représente 1,02 milliard de dollars du chiffre d’affaires en baisse par rapport à la fin 2012 (1,51 milliard de dollars). Mais Eric Schmidt, président de Google, a tenu à rester confiant en affirmant que la prochaine gamme du constructeur serait tout simplement « phénoménale ». Il nous reste plus qu’a attendre de voir ça.

De plus, alors même que Google affiche des résultats plus que satisfaisant, la firme paye toujours moins d’impôt. Avec un taux d’imposition de 8% pour ce premier trimestre 2013, contre 20% en moyenne sur l’année précédente.

Les multiples produits Google expliquent les performances de la firme :

  • Son moteur de recherche : avec plus de 100 milliards de requêtes qui sont faites chaque mois sur Google, et une interface disponible en 112 langues.
  • Google + : comptait déjà 10 millions de membres seulement 2semaines après sa sortie. Aujourd’hui le réseau social de Google compte plus de 500 millions de profils.
  • Android : sera utilisé par environ 1 milliard d’appareil d’ici fin 2013, et chaque jour dans le monde 1,5 million d’appareils sont activés avec ce système d’exploitation (chiffre 2013  conférence « D:Dive into mobile »), et est utilisé dans 160 pays différents.
  • Youtube : c’est quatre milliards d’heures de vidéo sont regardées chaque mois, 72 heures de vidéo sont mises en ligne chaque minute, 160 millions de vidéos vues par jour sur des mobiles, et plus d’un milliard d’utilisateurs uniques consultent YouTube chaque mois. Il est disponible dans 53 pays et 61 langues.

En plus de tout cela, Google se diversifie toujours encore plus, ce qui explique l’augmentation de ces revenus hors publicité (+ 150% par rapport à 2012); avec les ventes de ses licences, de ses applis Google play, des smartphones, et des tablettes Nexus.  Il se positionne aussi sur d’autres champs d’activités, avec quelques projets futuristes comme des voitures sans chauffeur, des lunettes avec caméra et Internet intégrés (Google Glass), ou encore un projet de réseau internet ultrarapide en fibre optique qui a déjà été déployé dans trois villes aux Etats-Unis.

Depuis son lancement en 1998, le moteur de recherche n’a cessé de grandir, de s’améliorer, et surtout de se réinventer. Google c’est plus qu’un géant parmi les géants du web, c’est un véritable pilier. C’est un ensemble de résultat et de chiffre impressionnant. Il est devenu un sacré concurrent dans bon nombre de secteur. D’après moi, la raison de ce succès est que Google voit toujours plus loin dans l’avenir, et sait anticiper et créer les besoins des consommateurs.

Sharon H

Publicités

« Gentleman » de Psy, nouveau record Youtube

Lancé le 14 avril, Gentleman, le titre successeur du Gangnam Style, détient (déjà) un record sur Youtube.

Petite sœur d’un titre déjà recordman, la nouvelle chanson de Psy semble partie pour suivre un chemin similaire. Alors que Gangnam Style est la première vidéo à avoir atteint le milliard de vues sur Youtube, Gentleman, elle, détient désormais le record du plus grand nombre de visionnages en un jour.

Le jour de son lancement, le 14 avril, ce n’est pas moins de 38 millions de vues qui ont été répertoriées sur le dernier hit du Coréen (le nouveau record). En quatre jours, 100 millions de clics ont été effectués sur la vidéo, Gangnam Style avait mis deux mois pour faire aussi bien.

L’ancien « plus grand nombre de vues en un jour » était détenu par la campagne « Kony 2012 » en Mars 2012, qui avait regroupé 31 millions de vues le jour du 7 Mars. Cette vidéo, désormais impopulaire (et oubliée ?), présentait le tyran Joseph Kony et se servait de cet homme et de ses actes odieux pour réclamer des dons pour l’association ‘Invisible Children’. Vidéo largement diffusée et partagée, son nombre de vues reste étonnant pour une vidéo de trente minutes (reste à savoir combien l’ont regardé jusqu’au bout). Elle est aujourd’hui à 97 millions de vues.

 

Gangnam Style a été lancée le 15 juillet 2012 et a eu besoin de seulement six mois pour atteindre le milliard de vues, détrônant « Charlie bit my finger » ou encore Baby de Justin Bieber. Au vu de son départ en fanfare, Gentleman saura-t-il tenir la distance et faire aussi bien, voire mieux, que son prédécesseur ? En tout cas le buzz semble avoir fonctionné et on ne peut que féliciter Psy d’avoir réussi à entretenir un phénomène qui aurait pu (et qui pourrait) vite s’essouffler.

Les Majors de la Musique menacent YouTube

Le monde de la musique n’en finit pas avec Google. Effectivement, les majors qui patinent dans la crise cherchent par tous les moyens de trouver des alternatives de revenues. Malgré des chiffres négatifs pour l’ensemble des majors sur l’année 2012, on aura jamais ressenti la musique aussi proche d’une évolution qui peut lui permettre de survivre. Les plateformes comme Spotify ou Qobuz qui permettent l’écoute en ligne des catalogues des différentes maisons de disques ont permis de générer de nouveaux revenus pour Universal Music & co.

Toutefois, les majors ne perdent pas de leur gourmandise face à la filiale de Google, YouTube. En effet, depuis le 19 janvier, Google n’affiche plus de publicité dans les clips des maisons de disque. Le géant américain doit reverser une part de ses recettes publicitaires aux ayants droit de la musique mais ces derniers réclament une hausse de ce barème, mais Google refuse.
Il est évident que Google met la pression sur les majors en ayant retiré les publicités sur les clips musicaux mais Pascal Nègre aujourd’hui menace de supprimer ses clips de YouTube et il précise même que ses concurrents ont l’intention de faire de même. Le meilleur exemple est le clip de « PSY » ; Gangnam Style a été visionné plus d’un milliard de fois et n’a dégagé que 8 millions d’euros de revenus publicitaires ! Cela représente une miette de pain pour Universal Music.
Cette situation est certes pas en faveur des majors. Malgré la création il y a 3 ans de la plateforme Vevo par Universal Music et Sony Music, la tentative de créer une alternative à YouTube n’est évidemment pas un crack. Les majors dépendent ainsi de YouTube. La filiale de Google a bien moins à perdre dans cette situation que Universal & Co. Ce serait étonnant que par la suppression des clips musicaux de la plateforme YouTube les utilisateurs se rabattent sur Vevo, surtout que celle-ci ne dispose pas d’une réputation clinquante auprès des internautes.

Quoi qu’il en soit, il paraît très probable que Google négocie un barème un peu plus important mais ne satisfera jamais ce que les majors proposent. J’imagine mal une fuite des clips musicaux vers une nouvelle ou plateforme alternative. Toutes ces déclarations ne sont que des menaces mais rien n’arrivera. Les deux parties s’arrangeront selon moi pour éviter tout dénouement tragique qui serait surtout préjudiciable pour l’image des majors qui disposent déjà d’une réputation affaiblie.